Et toi combien tu vaut ?

chouette ton chien !

Cher·e Client·e

On s’est rencontré·e à une soirée. Je crois que je t’ai un peu tapé dans l’oeil.
En tout cas tu as toute de suite eu un élan particulier pour moi.
Tu m’as posé des questions sur mon travail. Ce que je fais. Comment je le fait. Et même pourquoi, il me semble.

Tu voulais tout un tas de vidéos. Sur des sujets passionnants en plus. Et puis je te trouvais chouette.

J’ai tout de suite eu envie de travailler avec toi. Toi aussi.

Très vite je t’ai fait une proposition. Tout compris : l’intention, le résumé du contenu, des premières pistes d’idée, des exemples. J’ai travaillé fort parceque j’étais inspirée. J’avais envie de le faire bien.

Et puis tu m’as répondu : “C’est trop cher”.

Aîe. Mon petit coeur se tord. Mon cerveau s’agite. Encore.

Je me sens coupable et un peu en colère. Coupable parceque sur le coup je doute. Evidemment. Je me dis que peut-être tu as raison. Que c’est pas facile pour toi. En colère parceque non, “c’est pas trop cher”. Je sais que c’est juste. C’est ce dont j’ai besoin pour vivre décemment. C’est ce dont j’ai besoin pour garder la niaque tout au long du projet.

Je te propose quand même d’autres solutions. Mais vu l’ambition du projet, je veux pas tirer sur ma corde. Du coup on va pas pouvoir travailler ensemble.

C’est con. On avait bien accroché. Ton projet était chouette et j’avais déjà plein d’idées. J’aurai été bonne. Je suis sûre qu’on aurait pu faire un truc cool ensemble.

J’espère que t’es pas trop fâché·e que tu comprends que si je me tord trop je m’en sortirais pas. Ce sera impossible pour moi de tenir un rythme soutenable sur le long terme.

Or j’ai besoin de ça. J’en ai besoin pour continuer d’aimer mon métier.

Au plaisir de se recroiser un jour !

Ju’.