La précision : gardienne de la pertinence ?

la précision !

Lexique

Outils et pratiques : ici il s’agit de l’agilité, la Communication Non Violente, le Lean, le Forum Ouvert, le Scrum, GitHub, Slack, la “formation”…
Façons de faire plus soutenables : fonctionnements qui privilégient le bien-être (moral, physique, émotionnels) et qui prennent soin du vivant (développement durable au sens très large)
Postures d’avant : façons dont on a fonctionné toute notre vie, besoin d’efficacité, de productivité, hiérarchie, négation des émotions, manque de communication authentique, enjeux personnels forts (égo, choses à prouver…) qui distancent du projet.

Contexte

Dans mon processus d’exploration, je découvre plein d’outils et de pratiques susceptibles d’améliorer les interactions, le développement et la gestion de projets (travail en équipe, gestion du temps de travail, transmission, horizontalité…)

J’adore ! Chaque découverte réactive ma soif d’apprendre et ma “foi” en l’idée que des façons de faire plus soutenables existent.

Mais en tentant de les éprouver (et en observant d’autres le faire), je réalise que j’ai très vite tendance à utiliser ces “nouveaux outils” avec des “postures d’avant”.

La précision : le bouclier contre mes vieux réflexes ?

C’est ce que j’aurais tendance à dire puisqu’ici je définis la précision comme “le fait de comprendre quelque chose dans son fondement, son intention première et sa subtilité.”

Prenons l’exemple de la Communication Non Violente. Je peux utiliser le processus OSBD autant que je veux, si je le pratique sans me connecter à l’intention première de la CNV qui est “la connexion” je m’empute de toute la beauté de l’outil qui ne réside aucunement dans le processus…

Quelques pistes pour la préserver

  1. Fait preuve d’humilité : elle/il est OK avec l’idée qu’il·elle “ne sait pas” en fait
  2. Est curieux·se : elle/il l’élan d’aller chercher de nouvelle information, de se former
  3. Sait se rendre disponible : consacre du temps pour se former, réfléchir, veiller
  4. EsteEntouré·e d’une communauté de pratiques qui peut lui apporter du feed-back qui lui permettent d’améliorer ses pratiques
  5. A l’envie de s’améliorer, de progresser, d’apprendre…

C’est quand même l’intention qui compte, nan ?

Si je m’en contente pas et que je suis prête à explorer les pistes listée ci-dessus je dirais que oui.

La bonne nouvelle c’est que, même si parfois je loupe le coche de la précision, en m’efforçant de changer mes pratiques j’enclenche à minima un processus de changement et de remise en question qui appelle le mouvement.

Or, le mouvement n’est-il pas le premier petit pas vers l’évolution ?